LA PRESSION DU « SEURITHIÉ »

Le seurithié…

Ce terme utilisé au Sénégal pour désigner le cadeau qu’une personne offre à sa famille, ses proches et amis au retour d’un voyage. C’est une tradition bien ancrée dans nos mœurs.

Mais ! Oui il y’a toujours un mais.
Ce cadeau ne doit pas être une obligation.
Ce cadeau ne doit pas être une source de stress, de malaise ou de frustration.

Saviez vous que ce « seurithié » empêche beaucoup d’immigrés de retourner voir leurs familles ?

Ce n’est plus un mythe que l’Europe, l’Amérique deviennent de plus en plus compliqués en terme de niveau de vie et de travail.

A part quelques exceptions, la grande majorité vit « normalement » c’est à dire avec un salaire permettant de vivre décemment sans grandes folies. Et encore, il arrive de cumuler deux ou trois boulots pour faire le maximum de gains.

Partir au Sénégal coûte cher en général. Les billets d’avion peuvent aller jusqu’à 1000€ en période de fêtes pour l’Europe. Pour d’autres pays comme le Canada ou les Etats Unis, on parle de plusieurs milliers de dollars. Si on prend en compte ceux qui doivent voyager en famille avec les enfants, tout de suite ça devient un gros budget.

Je crois donc que rien que cet investissement pour revenir en famille mériterait une plus grande considération et ne doit pas être soumis à un cadeau.

Il est très commun de voir un oncle / cousin demander un smartphone, le dernier parfum sorti ou encore la dernière paire de baskets en rayon (que l’immigré lui-même rêve d’avoir mais sans pouvoir se le permettre). Soit.

Mais pourquoi cet oncle ne se dit pas qu’il y’a aussi d’autres membres de la famille proche qui attendent leur « seurithié » ? Et que la personne ne peut pas dépenser une fortune pour chacun d’eux ?

Comment un salarié peut arriver à payer un billet d’avion, acheter des cadeaux de valeur pour minimum 5 personnes et avoir un peu d’argent de poche pour profiter de ces vacances. Et avant tout ceci régler son loyer du mois, ses factures, ses courses et ses impôts avant le voyage ?

Comment une personne venue en vacances ou en mission peut prévoir des cadeaux pour beaucoup de personnes et en si peu de temps ? Ç’en devient encore plus vexant si la demande vient d’une personne lambda, tu as juste envie de répondre « tu as cotisé pour mon billet ou mes frais de visa? »

Les réseaux sociaux sont également devenus un miroir. Les quelques règles à s’imposer pour moins de sollicitations : éviter de poster des photos de voyage, de sortie, ou simplement des photos sur lesquelles on est bien habillé.

En soi, ça n’arrive pas souvent dans les faits mais très vite on peut penser que c’est un mode de vie aisé que la personne mène à l’étranger.

Pour tout ceci, prenons au moins le temps de demander à tous nos frères, sœurs, amis immigrés juste comment ils vont.. leurs conditions de travail., comment ils se sentent dans ce travail ( pression, qualité de vie professionnelle, horaires..) … où ils habitent.. que font ils pour se détendre avec le temps, la grisaille qui affectent le moral.. est ce que leur santé est au beau fixe. Cela parait anodin mais cette attention vaut mille cadeaux.

Surtout qu’en général, les immigrés n’exposent pas leurs problèmes à leur famille restée au pays pour ne pas les inquiéter ou en se disant qu’à distance ils ne pourront pas faire grand chose.

Cet article est un rappel que derrière toutes ces traditions et ces habitudes il y’a des personnes loin de leur famille, de leurs amis, de leurs enfants et de leur environnement. Ces personnes donnent tout. Oui, ils donnent le meilleur d’eux mêmes dans un pays qui n’est pas le leur, qui travaillent plus que quiconque parfois dans des conditions très difficiles, qui essaient d’être parmi les meilleurs de leur promotion, qui essaient de s’en sortir sans appeler au secours et croyez moi il y’en a des situations où il y’a lieu de demander de l’aide.

Ne leur imposons pas une charge énorme qu’ils ne pourront pas refuser à cause des apparences. Rassurons les. Disons leur que leur valeur ne se résume pas à ceux qu’ils nous envoient ou nous offrent. Et ne minimisons aucun de leur cadeau.

Qu’en pensez vous ?

Bonne lecture et à bientôt la famille.

3
Poster un Commentaire

avatar
3 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
6 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
TimeraAmyLala Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Lala
Invité
Lala

Excellent article, tout comme le blog: Bravo! Mais bien + que la pression du seurithie, c’est l’obligation de donner de l’argent souvent…Pourquoi?: Ben, tu vis et travailles à l’étranger, pardi!

Amy
Invité
Amy

Bonjour, Votre article est très intéressant et cela mérite réflexion non seulement pour ceux travaillant dans un pays étranger que le leur mais surtout pour leur familles restées au pays. C’est cette image utopique que les gens se font des pays occidentaux qui engendre ce genre de comportement des autres. Comme si ils pouvaient se permettre de « quémander » et que cela est limite un « dû » pour eux. Concernant le coût lorsque nous avons une famille c’est à dire des enfants, il en devient très difficile pour les personnes dans cette situation de non seulement réunir la sommes pour voyager en… Lire la suite »

Timera
Invité
Timera

Bien dit.C’est comme si vous parlez à ma place.J’ai envie de rentrer au Sénégal juste pour voir ma mère et mon père mais j’ose pas à cause de cette tradition qui le cadeau.
J’ai tellement envie de voir mes parents mais je peux car je pense pas que j’ai les moyens pour donner des cadeaux à ceux qui l’attendent.